Il existe toutes sortes de systèmes pour évaluer la qualité de l’alimentation. Un tel système, élégant dans sa simplicité, est l’Indice phytochimique alimentaire. Il s’agit simplement du pourcentage des calories provenant d’aliments végétaux entiers par rapport au total des calories consommées.

L’alimentation moderne typique a un indice de douze, ce qui veut dire que 12% des aliments que consomment les gens proviendrait de plantes entières.

On peut répartir les personnes en fonction de l’indice qu’a leur alimentation. On peut ainsi démontrer que plus leur alimentation a un indice élevé, meilleurs sont leurs marqueurs métaboliques en ce qui concerne le risque de diabète.

Les recherches menées jusqu’à maintenant démontrent que la résistance à l’insuline et que le dysfonctionnement des cellules pancréatiques productrices d’insuline [cellules bêta] diminuent au fur et à mesure qu’on augmente la quantité de plantes entières consommées.

Une alimentation basée sur les plantes entières, qui met l’accent sur les légumineuses (haricots secs, pois secs, pois chiches, lentilles…), les grains entiers, les légumes, les fruits, les noix et les graines, et qui minimise ou, préférablement, élimine totalement les produits d’origine animale et les ingrédients raffinés, est particulièrement efficace pour prévenir le diabète de type II.

De plus, ce style alimentaire a été associé à des taux beaucoup plus faibles d’obésité, d’hypertension, d’hyperlipidémie, de mortalité cardiovasculaire, et de cancer.

Non seulement une alimentation axée sur les plantes entières aide à prévenir le diabète de type II, mais elle peut remédier à la maladie.

Une revue systématique et une méta-analyse de la recherche ont révélé que la consommation d’une alimentation végétalienne est associée à un meilleur contrôle de la glycémie.

Mais, est-ce que l’amélioration est véritablement digne de mention?

L’effet sur le contrôle de la glycémie des patients atteints de diabète de type II d’un régime strictement végétal centré sur le riz brun a été comparé au régime de contrôle du diabète typique, dans un essai clinique randomisé qui durait 12 semaines.

Le régime de contrôle du diabète typique étudié était basé sur le système d’échanges alimentaires et de contrôle spécifique des calories et des portions habituellement pratiqué par les diabétiques [celui qui leur est prescrit par la médecine allopathique].

L’alimentation à base de plantes entières étudiée, quant à elle, ne posait aucune limite de quantité. Pouvoir manger à satiété était certes un des avantages les plus appréciés des participants…

L’accent y était mis sur la qualité des aliments plutôt que sur la quantité.

Les diabétiques étudiés qui ont adopté le régime végétal à base de riz brun ont perdu plus de poids abdominal, un grand coupable dans bien des maladies chroniques modernes.

Même après avoir contrôlé pour cette perte accrue de graisse abdominale et pour le surplus d’énergie, le groupe assigné à l’alimentation à base de plantes est ressorti gagnant par rapport aux diabétiques qui suivaient le régime de contrôle du diabète typique.

Il va de soi que les bienfaits ne se manifestent que lorsque les gens adhèrent véritablement au changement d’alimentation. On ne peut cacher les déviations, ni mentir, à notre organisme…

Les diabétiques qui s’en sont tenus à une alimentation végétale ont réussi à baisser leur taux d’A1C de 0,9%, ce qui revient à la même baisse que celle obtenue en prenant le principal médicament contre le diabète…

Mais, sans aucun effet secondaire indésirable!

Est-ce que ces résultats sont reproduisibles en dehors du laboratoire?

C’est ce qu’a voulu étudier un programme de soutien à l’alimentation à base de plantes à San Bernardino, la ville la plus pauvre de sa taille en Californie.

Un essai contrôlé randomisé a été conçu pour étudier l’effet d’une alimentation à base de plantes sur l’amélioration du diabète de type II.

L’essai visait simplement à éduquer les participants sur les bienfaits d’une alimentation à base de plantes entières. Les participants étaient libres de faire ce que bon leur semblait de cette information.

Hé bien, dans le groupe étudié ayant reçu cette formation, les taux moyens de A1C ont été significativement abaissés comparativement au groupe contrôle.

Les régimes à base de plantes ne sont pas seulement efficaces dans la prévention et la gestion du diabète, mais aussi de ses complications.

Par exemple, l’insuffisance rénale. C’est une des complications les plus dévastatrices du diabète. On a étudié le déclin de la fonction rénale chez huit diabétiques au cours de l’année ou deux précédant leur changement d’alimentation.

Tous ont souffert de ce déclin rapide, constant et inexorable, qui aurait pu mener jusqu’à l’insuffisance rénale complète et la dialyse.

Mais, avant le désastre, ces huit diabétiques sont passés à une alimentation végétalienne avec supplémentation, et le déclin de leur fonction rénale a été arrêtée nette.

Tristement, la plupart des diabétiques ne finissent pas en dialyse: ils meurent avant. Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité prématurée chez les diabétiques.

C’est pourquoi l’alimentation à base de plantes est parfaite.

Le consensus scientifique général actuel soutient que les éléments d’une alimentation à base de plantes entières (légumineuses, grains entiers, fruits, légumes et noix, tout en limitant ou éliminant complètement les aliments raffinés et les produits de source animale) sont hautement bénéfiques pour la prévention et le traitement du diabète de type II.

Tout aussi important, l’alimentation végétalienne est bénéfique pour le diabétique globalement, en traitant simultanément les maladies cardiovasculaires (la plus grande cause de mortalité), l’obésité, l’hypertension artérielle, et l’inflammation.

L’effet bénéfique de l’alimentation basée sur les plantes entières s’étend jusqu’à inclure le cancer, deuxième plus grande cause de mortalité.

Quel médicament moderne prescrit aux diabétiques peut en faire autant?

Ce qu’il faut retenir c’est que les arguments en faveur d’une alimentation à base de plantes entières pour réduire le fardeau du diabète, et améliorer la santé globale, n’ont jamais été aussi forts ni solides.

Bises végétales,

Sheryl-Anne xx

Quelques références…

Bahadoran Z, Mirmiran P, Tohidi M, Azizi F. Dietary phytochemical index and the risk of insulin resistance and β-cell dysfunction: a prospective approach in Tehran lipid and glucose study. Int J Food Sci Nutr. 2015;66(8):950-955.

Johansen K. Efficacy of metformin in the treatment of NIDDM. Meta-analysis. Diabetes Care. 1999;22(1):33-37.

Lee YM, Kim SA, Lee IK, et al. Effect of a Brown Rice Based Vegan Diet and Conventional Diabetic Diet on Glycemic Control of Patients with Type 2 Diabetes: A 12-Week Randomized Clinical Trial. PLoS ONE. 2016;11(6):e0155918.

McMacken M, Shah S. A plant-based diet for the prevention and treatment of type 2 diabetes. J Geriatr Cardiol. 2017;14(5):342-354.

Pawlak R. Vegetarian Diets in the Prevention and Management of Diabetes and Its Complications. Diabetes Spectr. 2017;30(2):82-88.

Ramal E, Champlin A, Bahjri K. Impact of a Plant-Based Diet and Support on Mitigating Type 2 Diabetes Mellitus in Latinos Living in Medically Underserved Areas. Am J Health Promot. 2018;32(3):753-762.

Schwingshackl L, Hoffmann G. Diet quality as assessed by the Healthy Eating Index, the Alternate Healthy Eating Index, the Dietary Approaches to Stop Hypertension score, and health outcomes: a systematic review and meta-analysis of cohort studies. J Acad Nutr Diet. 2015;115(5):780-800.e5.

Yokoyama Y, Barnard ND, Levin SM, Watanabe M. Vegetarian diets and glycemic control in diabetes: a systematic review and meta-analysis. Cardiovasc Diagn Ther. 2014;4(5):373-382.

error: Content is protected !!