Reprendre tout le poids perdu (et plus) après une diète est plus norme qu’exception. Tristement.

On a aussi remarqué que plus le nombre de diètes augmente, plus la perte de poids est difficile.

Trois (3) dangers des diètes yoyo

Reprendre tout le poids perdu (et plus) après une diète est plus norme qu'exception. Tristement. Plus le nombre de diètes augmente, plus la perte de poids est difficile. Ça vous est arrivé?

Posted by Distinctions alimentaires on Tuesday, January 21, 2020

Ça vous est arrivé? Vous n’êtes pas seul…

Des épisodes volontaires répétés de restrictions alimentaires qui produisent une perte de poids suivis d’autres épisodes où il y a une reprise de poids involontaire — ce que j’appelle les diètes yoyo — sont un phénomène nouveau. Et alarmant!

Dangers cachés

Les cycles répétés de perte puis reprise de poids sont dommageables pour le corps. Comme si ce n’était pas assez pénible de rendre toute perte de poids future plus difficile…

Les diètes yoyo sont associées à une santé cardiovasculaire moins bonne, ont découvert les chercheurs de l’American Heart Association.

Un groupe de près de 500 femmes — dont près des 3/4 ont admis avoir eu plusieurs cycles perte/reprise de poids — ont été évaluées selon divers facteurs mesurant leur état de santé global: alimentation, activité physique, indice de masse corporelle, pression sanguine, cholestérolémie, glycémie, et si elles fumaient ou non.

Les femmes qui avaient connu plusieurs cycles de perte/reprise de poids avaient un indice de masse corporelle et une santé cardiovasculaire moins favorables. De plus, ces femmes avaient un risque accru de cancer de l’endomètre [partie interne de l’utérus].

Le message est clair:

Il n’y a qu’une seule et unique méthode qui garantit la perte de poids et le maintien de ce poids-santé d’une façon permanente: adopter une façon de manger qui soit santé et ce, pour le reste de sa vie.

Toute alternative produit une santé défaillante.

Cycles vicieux

Le corps réagit à une diète amincissante comme il le ferait à une famine. Il conserve son énergie de toutes les façons possibles.

Notre cerveau analyse l’apport calorique de nos repas et la quantité de réserves corporelles (de gras!) pour décider s’il produit des hormones de satiété ou de faim.

Une des façons que notre organisme s’adapte à la perte de poids est de modifier la production d’hormones comme la ghréline et la leptine.

Il encourage la reprise du poids perdu en accroissant l’appétit, en promouvant le stockage de gras corporel et en réduisant le métabolisme basal [énergie dépensée par le corps au repos].

Ces mécanismes compensatoires rendent le retour aux mauvaises habitudes alimentaires encore plus engraissant.

Comprenez-vous mieux pourquoi vos kilos perdus sont revenus… avec des p’tits frères?

Les aliments peu nutritifs hautement agréables au goût — appelons-les comme ils sont: les aliments addictifs — qu’on retrouve partout de nos jours stimulent des envies incontrôlables et des fringales gargantuesques en s’accaparant de notre système de récompense de la dopamine.

C’est un véritable danger de reprendre tout du poids perdu… et plus!

Encore plus mauvais pour la santé est le fait qu’au cours de toute perte de poids, il y a une perte de masse musculaire (plus ou moins grande selon la méthode utilisée et l’activité physique). C’est pratiquement inévitable!

Mais, lorsque le poids est repris, c’est toujours une reprise de gras corporel, jamais un gain de muscle! Vous voyez le problème?

Au fil des cycles perte/reprise de poids, la personne se retrouve avec de plus en plus de gras corporel et de moins en moins de masse musculaire…

Rien de bon pour la santé…

Des études ont liées les diètes yoyo à l’augmentation du risque de diabète et d’hypertension, et une diminution de la longévité.

Ce qui vous étonnera peut-être, c’est que les femmes qui suivent ces diètes yoyo se retrouvent avec un tour de taille plus grand que celles qui n’en ont jamais suivies.

La conclusion est aussi simple que claire: pour améliorer notre santé et perdre les kilos de trop, il faut adopter de façon permanente une alimentation santé. Tout changement temporaire ne fait qu’aggraver la situation.

Réservoirs multi-fonctions

Les cellules qui servent à emmagasiner le gras corporel, les cellules adipeuses, ne sont pas que de simples réservoirs.

Elles ont une fonction hormonale, agissant de concert avec le système endocrinien [système qui produit les hormones].

Les cellules adipeuses contiennent des macrophages, un type de globules blancs [servant une fonction immunitaire].

Elles sécrètent des composés qui affectent la fonction de plusieurs organes.

Saviez-vous qu’on a découvert que l’obésité engendre une inflammation systémique [qui affecte tout l’organisme, tous les organes, tous les tissus]?

Plus il y a de tissus adipeux, plus ceux-ci produisent de composés inflammatoires, plus l’inflammation devient chronique et sévère, plus les risques de maladies cardiovasculaires, de cancers et de diabète augmentent.

Wô les moteurs!

La solution pour éviter tous ces problèmes de santé?

Adopter de façon permanente une nouvelle façon de nous alimenter qui nous amène à perdre les kilos de trop et à maintenir notre poids-santé par la suite, pour le reste de notre vie.

Il n’y a pas de revenez-y, comme on dit.

Il faut fuir comme la peste les diètes populaires amincissantes, surtout les versions les plus extrêmes.

Ces diètes ne peuvent être maintenues à long terme. Ce qui revient à dire qu’aussitôt que vous recommencerez à manger normalement, tous ces kilos auxquels vous aurez dit au revoir, hé bien, ils reviendront… sans doute avec des compagnons en plus!

Les statistiques sont vraiment désolantes sur toutes les diètes amincissantes: plus de 80% des gens qui réussissent à perdre du poids grâce à elles ne peuvent maintenir une perte de plus de 10% de leur masse corporelle pour plus d’un an!

En d’autres mots, 80% des gens retrouvent tout ce qu’ils ont perdu et plus.

Non, ce n’est pas vous le problème. Les diètes amincissantes ne fonctionnent tout simplement pas à long terme. Point final.

Vous sentez-vous libéré?

Le sentiment de privation que les diètes amincissantes engendrent fait le retour aux mauvaises habitudes alimentaires une presque certitude.

Si vous faites le bilan de vos derniers essais de perte de poids, vous verrez que c’est exactement ce qui s’est produit.

L’adoption de la pratique des Distinctions alimentaires engendre une plus grande satisfaction à manger une nourriture d’une plus grande qualité nutritionnelle tout en étant moins calorique, ce qui endigue la faim toxique. Merveilleux, oui?

Et sa beauté est que la pratique des Distinctions alimentaires n’est pas une diète à court terme. C’est une méthode qui est structurée d’une façon à devenir notre façon de manger pour le reste de notre vie.

Fini les cycles de perte/reprise de poids!

Les études faites sur des approches similaires démontrent que la perte de poids [de plus de 25kg ou 55lb] chez des sujets obèses est permanente [plus de 3 ans] dans 75% des cas.

Comparez ces résultats à ceux mentionnés au début de ce blogue.

Aimeriez-vous en finir vous aussi et voir disparaître de façon permanente vos kilos de trop?

Je me passionne pour la santé. Et c’est une approche alimentaire saine, pratique, et basée sur la science que je vous propose via DistinctionsAlimentaires.com.

Je m’engage à contribuer à votre éducation, pas seulement dans ce qui entoure le fait de perdre du poids, de maintenir cette perte à long terme, mais aussi dans le très important domaine de la santé et de la nutrition humaine.

Cette information vous sert à prendre des décisions éclairées quant à ce que vous mettez à l’autre bout de votre fourchette.

C’est une approche qui vous permet d’atteindre votre poids-santé, et d’y rester pour le reste de votre vie. Une longue vie avec une santé éclatante.

Ça vous intéresse?

La pratique des Distinctions alimentaires est exactement ce qu’il vous faut pour en finir avec les diètes yoyo. Une bonne fois pour toutes.

Bises sans danger,

Sheryl-Anne xx

P.S.: Vous aimez? Vous détestez? Laissez-moi un commentaire, une question, une pensée… Je lis chaque commentaire et je répondrai, si besoin. Et merci de répandre l’information auprès toutes les personnes que ce texte pourrait aider, inspirer ou simplement faire sourire. xx


Quelques références (anglais):

Byun SS, Bello NA, Liao M, Makarem N, Aggarwal B: Weight Cycling is Associated With Poorer Cardiovascular Health Assessed Using AHA’s Life’s Simple 7 in a Diverse Sample of Women Encompassing Different Life Stages. In American Heart Association’s Epidemiology and Prevention Lifestyle and Cardiometabolic Health Scientific Sessions 2019.

Delahanty LM, Pan Q, Jablonski KA, et al. Effects of weight loss, weight cycling, and weight loss maintenance on diabetes incidence and change in cardiometabolic traits in the Diabetes Prevention Program. Diabetes Care 2014, 37:2738-2745.

Field AE, Manson JE, Taylor CB, et al. Association of weight change, weight control practices, and weight cycling among women in the Nurses’ Health Study II. Int J Obes Relat Metab Disord 2004, 28:1134-1142.

Franz MJ, VanWormer JJ, Crain AL, et al. Weight-loss outcomes: a systematic review and meta-analysis of weight-loss clinical trials with a minimum 1-year follow-up. J Am Diet Assoc 2007, 107:1755-1767.

Greenway FL. Physiological adaptations to weight loss and factors favouring weight regain. Int J Obes (Lond) 2015, 39:1188-1196.

Mehta T, Smith DL, Jr., Muhammad J, Casazza K. Impact of weight cycling on risk of morbidity and mortality. Obes Rev 2014, 15:870-881.

Strohacker K, Carpenter KC, McFarlin BK. Consequences of Weight Cycling: An Increase in Disease Risk? Int J Exerc Sci 2009, 2:191-201.

Strohacker K, McFarlin BK. Influence of obesity, physical inactivity, and weight cycling on chronic inflammation. Front Biosci (Elite Ed) 2010, 2:98-104.

Syngal S, Coakley EH, Willett WC, et al. Long-term weight patterns and risk for cholecystectomy in women. Ann Intern Med 1999, 130:471-477.

Strychar I, Lavoie ME, Messier L, et al. Anthropometric, metabolic, psychosocial, and dietary characteristics of overweight/obese postmenopausal women with a history of weight cycling: MONET (Montreal Ottawa New Emerging Team) study. J Am Diet Assoc 2009, 109:718-724.

Tsai CJ, Leitzmann MF, Willett WC, Giovannucci EL. Weight cycling and risk of gallstone disease in men. Arch Intern Med 2006, 166:2369-2374.

Welti LM, Beavers DP, Caan BJ, Sangi-Haghpeykar H, Vitolins MZ, Beavers KM. Weight Fluctuation and Cancer Risk in Postmenopausal Women: The Women’s Health Initiative. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 2017, 26:779-786.

Wing RR, Phelan S. Long-term weight loss maintenance. Am J Clin Nutr 2005, 82:222S-225S.

error: Content is protected !!